MOOD

2018 – completed

sapin1

Drôle d’année que 2018.

Voilà plus de six mois que je n’ai pas écrit sur ce blog et pour causes.
Causes au pluriel avec tout d’abord un changement de fonction en même temps que ma réussite à un concours. Des fonctions plus fatigantes, avoir à faire à du public peut s’avérer épuisant, des conditions de travail qui se dégradent (nous sommes nombreux dans ce bateau). L’achat d’un bien immobilier qui n’était absolument pas prévu dans nos agendas (puisque pas titulaire), nous aura accaparé bien 4 mois de notre temps et de notre énergie. Enfin, la cause la plus ridicule c’est mon changement d’ordinateur après huit années de bons et loyaux services. Il n’est pas encore mort de sa belle mort mais ça commençait à être compliqué de travailler sur un ordinateur dont les mises à jour n’étaient plus possibles depuis X années.. De ce fait, je n’ai pas récupéré le logiciel qui me permettait de “retoucher” mes photos afin qu’elles soient moins lourdes. Enfin voilà comment petit à petit on s’oblige à changer de matériel. Mais cette fois-ci, c’est de la récupération. Non seulement mon porte-monnaie me remercie mais j’ai l’impression de moins dégrader notre environnement.

Faire le bilan de 2018 ou de mes 27 ans, c’est un peu pareil puisque mon anniversaire coïncide à quelques jours près avec l’année civile.

Cette année et plus encore que les années précédentes, mes choix de consommatrice se font de plus en plus réfléchis. Il faut dire que cette envie de changement s’opère depuis 2-3 ans dans mon esprit et c’est d’autant plus encourageant à mettre en place lorsque l’on vit avec quelqu’un qui partage aussi vos idées.

Il faut dire qu’en étant ado et “jeune adulte”, comme beaucoup, j’étais très attirée par la possession matérielle, j’avais l’impression qu’en possédant cela me déterminait en tant que personne. Dieu merci, j’ai grandit, évolué dans un foyer un minimum écologique et économique, sûrement parce que nous avons gardé ces reflex d’ancien (très) pauvres.
Aujourd’hui je fais partie de ces personnes qui pensent que nous serons obligés d’arrêter de consommer tel que nous le faisons depuis 30-40 ans, nous, génération qui n’a connu que cela, c’est à dire une consommation facilité et à moindre coût.
Le voyage à Cuba, le seul de l’année (tient, serait-ce un hasard), ne m’aura pas ouvert les yeux mais m’aura conforté dans mes choix de consommation et dans l’idée que nous allons devoir faire un effort sur notre consommation et donc sur notre confort de vie. Nous, “riches occidentaux”, ne nous rendons plus compte de la richesse de chaque objet/produit que nous tenons dans nos mains.

Qu’est-ce qui a changé, été amélioré ?

  • Consommation en énergie :
    Nous avons vécu pendant deux ans dans un appartement très très mal isolé, l’utilisation à gogo du chauffage n’était pas envisageable tout d’abord pour une question financière et puis à quoi bon surchauffer lorsque tout part par les fenêtres. On a donc du investir dans du matériel, des rideaux pour améliorer légèrement l’isolation. On ne va pas se mentir, au plus froid de l’hiver, nous avions 14 degrés avec des chauffages en fonction. La solution aura été de se couvrir 2 à 3 fois plus qu’au boulot.
    Nous avions changé toutes les ampoules en LED et mis des multiprises “on/off” et enlever nos chargeurs des prises pour limiter notre consommation (et oui). Des petits gestes faciles à mettre en oeuvre !
    Une utilisation de la voiture qui est très rare parce que nous avons fait le choix de privilégier les transports la semaine. L’utilisation du vélo tous les jours de la semaine sur mes heures de repas.
  • Consommation en vêtements :
    Les vêtements… une histoire d’amour et de désamour. Depuis que je suis partie de chez mes parents, je me suis rendue compte que j’avais accumulé beaucoup trop de vêtements et que c’était presque devenu “maladif”. J’ai donc donné ceux que je ne mettais plus, ceux qui étaient devenu trop petits (et oui, changement de morpho à 26 ans). En deux ans j’ai vraiment freiné ma consommation de vêtements.
    Mon objectif serait d’acheter des vêtements plus “équitables” alors évidemment, ça a un coût mais tout à un coût. Je remercie Instagram qui m’a permis de suivre des filles très inspirantes dans ce domaine.
  • Consommation alimentaire :
    A partir de 2019, on va acheter nos paniers de fruits et légumes chez “Panier Bio Cergy” j’en avais un peu marre de ces légumes en hypermarchés, pas toujours très frais. Le fait que les aliments soient bio n’étaient pas ma priorité, je cherchais surtout des produits locaux et raisonnés (sans trop de pesticides). L’avantage de ces paniers par rapport aux AMAP c’est que ça ne vous oblige pas de payer à l’année, de prendre un panier toutes les semaines, bref beaucoup plus flexible.
    Du coup, je me renseigne mais j’aimerais trouver la même chose pour la viande. Alors faut dire que nous ne sommes pas devenus végétariens mais nous consommons déjà plus de viande bovine à la maison (ça coûte cher et avec mon copain on n’a pas du tout la même cuisson), du coup ça me fait encore plus apprécier de manger une bonne viande à l’occasion.
  • Déchets :
    Qui a dit changement de résidence, a dit changement de tri collectif. A savoir qu’en 2018, dans une ville cotée du Val d’Oise, le tri sélectif n’existe pas.. Je trouve ça honteux même si on sait qu’à la fin de chaine, les déchets ne sont peut être pas bien triés. N’empêche que, ça reste une éducation qui n’est pas faite. Alors je me réjouis de pouvoir trier mes déchets, et croyez-moi, on oublie vite les bonnes manières.
    On a fait un composteur avec des grosses cagettes (vu sur internet), ça fait déjà ça de moins dans nos déchets et on espère que ca va bien fonctionner pour profiter du compost l’année prochaine.
    Terminé les disques jetables en coton, désormais j’utilise des disques en eucalyptus lavables. J’espère passer au niveau au dessus avec les culottes hygiéniques, sur un même principe, non jetable mais lavable. Investir dans des serviette en tissu et non plus en papier. De même pour les savons, nous allons terminer tous nos produits (peut être dans 10 ans, merci de ne pas nous en acheter ou alors des “responsables”) pour les remplacer par des savons solides.
    Bref, remplacer petit à petit le jetable par le lavable.

Voici donc mon état d’esprit pour la nouvelle année, toujours s’améliorer. Si possible consommer local, faire ses propres créations, décorations, etc.
J’entends également qu’il est plus facile d’améliorer sa consommation lorsqu’on est sans enfant mais c’est l’effort qui compte, petit soit-il.

Etre moins dans la consommation passe aussi par un recul des réseaux sociaux sur lesquels je me fais beaucoup moins présentes par manque de temps et de contenu. J’aimerais m’offrir et vous offrir des contenus où il n’est pas question de consommation. Je me sens tellement polluée par toutes ces publicités placées, déguisées qui commencent sacrément par me donner la gerbe. Je voudrais vous offrir de la simplicité, du beau et de la sincérité.

Passez de belles fêtes et de bons moments avec ceux que vous aimez, c’est gratuit, immatériel et enrichissant.

bouquet